06/12/2015

S’il est une tradition respectée à Commercy, c’est bien la Saint-Nicolas. Et, même les circonstances actuelles n’ont pas dissuadé les Commerciens de fêter l’événement. Tout juste auraient imposé de strictes mesures de vigilance. Pas question donc de manquer le rendez-vous avec celui qui fut, jusqu’à la Révolution, un des deux patrons de la ville. Génération après génération, tous les petits Commerciens sont allés à sa rencontre et tous avec le même émerveillement dans les yeux.

Hier encore, la magie de la fête de Saint-Nicolas a montré tout son pouvoir. Sur le Fer à Cheval, à la tombée de la nuit, comme chaque année, des centaines d’enfants attendaient, avec leurs parents, saint Nicolas et son acolyte, le père Fouettard.

À voir le visage pas toujours très rassuré des plus petits, pas certain que l’idée venait d’eux. Obéissant à la même tradition qui les avait amenés là quand eux aussi étaient enfants, leurs parents, voulaient à leur tour leur faire partager ce bref moment d’émerveillement.

Fort de l’expérience de l’an passé, le marché de Saint-Nicolas, 24e édition, avait investi le Fer à Cheval. C’est là que saint Nicolas avait son premier rendez-vous avec les enfants pour une séance photo qu’il a fallu abréger pour respecter les horaires.

Le défilé, emmené par les musiciens commerciens, et auquel participait le char de Vignot, ouvrait les festivités proprement dites.

Clou de cette véritable parade, le char de Saint Nicolas, tout en lumière, conçu par l’équipe de l’école de danse de Christelle Roux, fermait le cortège. Et à l’heure dite, le château s’est une nouvelle fois embrasé pour saluer celui qui reste un des saints patrons de la ville.

Article EST REPUBLICAIN.